Le Traitement de la POLYPOSE NASALE

La polypose est une maladie des sinus. Alors faisons connaissance avec nos sinus ! Vous savez que sans eux, notre crâne serait par exemple trop lourd ? Ou bien que qu’ils sont des zones d’absorption des chocs, un peu comme des pare-chocs de voitures ?

Je vais quand reformuler en termes simple et sans jargon technique l’approche des ORL pour traiter les polypes des sinus. Ils vont :

  • Mesurer l’étendue de la maladie en allant voir dans votre nez à l’aide d’une caméra miniature. Ils vont aussi demander en plus un scanner IRM pour voir ce qui n’est pas visible avec la caméra.
  • Tester un traitement anti allergie (médicament anti histaminique) pour voir si cela calme votre inflammation.
  • Demander des tests respiratoires chez un allergologue ou un pneumologue pour chercher un asthme éventuel et diagnostiquer le syndrome de Fernand Widal.
  • Demander un examen une radio dentaire pour voir si les racines de vos dents touchent et irritent vos sinus.
  • Traiter les crises par des corticoïdes et antibiotiques par voie générale afin de stopper l’inflammation, réduire les polypes, et libérer les narines. Eventuellement réduire les polypes avec un laser pour vous soulager à court terme.
  • Prescrire des corticoïdes locaux (médicament spray pour le nez) afin de stopper l’inflammation et contenir les polypes.
  • Vous conseiller de vous nettoyer le nez tous les jours (avec un spray ou un appareil)
  • Voir si la réponse au traitement médicamenteux améliore la situation.
  • Proposer une chirurgie pour enlever les polypes de vos sinus et agrandir la cavité nasale afin de vous permettre de mieux respirer tout de suite, et permettre une meilleure pénétration des corticoïdes locaux en spray.
  • Vous opérer plusieurs fois si nécessaire.

Et voilà. Cela doit être dans les grandes lignes ce que votre ORL vous a proposé.

Détaillons Quelques Éléments Du Diagnostic

Le terrain allergique

Il est fréquent mais pas systématique qu’une allergie soit recherchée dans le cas d’une polypose nasale. C’est l’allergie qui créerait l’inflammation de la muqueuse, à l’origine de la formation des polypes. L’examen peut consister en une prise de sang pour un test appelé le Phadiatop, et une consultation chez un allergologue pour des tests cutanés.

Si l’un de ces tests est positif, cela peut donner lieu à des investigations complémentaires, l’élimination de la source de l’allergie, et la mise éventuelle sous un médicament anti-histaminique pour bloquer les symptômes de l’allergie.

Il me semble que cette recherche doit être systématique et rapidement faite, et je vous engage à en parler avec votre ORL si cela n’a pas été le cas pour vous. Il y a peut-être de très bonnes raisons, mais autant qu’elles soient claires pour tout le monde.

L’asthme associé et le syndrome de Fernand Widal

Votre ORL doit vous poser des questions sur un asthme éventuel afin de diagnostiquer un syndrome de Fernand Widal qui est l’association d’une polypose avec un asthme et une intolérance à l’aspirine. Pour cela, il doit vous orienter vers une consultation de pneumologie pour des tests respiratoires.

Si vous avez des doutes quant à un asthme, vous devez en discuter avec votre ORL pour être diagnostiqué correctement.

Les remontées gastriques

Étrangement, c’est souvent évoqué comme ayant évoqué un rapport avec la polypose. Mais, de mon expérience rarement évoquée par les ORL. Est-ce parce que nous sortons de leur spécialité pour le domaine du Gastro-entérologue ? Parce que nous n’évoquons pas assez ces problèmes en consultation ? Que la probabilité est trop faible pour en faire un sujet à discuter pendant une courte consultation ORL de 10 minutes ?

Le reflux gastro-œsophagien (RGO), ou remontées acides est comme une sensation de brûlure ou d’aigreur à la base de l’œsophage. Il ne s’agit pas d’une conséquence de la polypose, mais d’une des causes possible ou aggravante. J’en ai de temps en temps, et il me semble qu’elles sont provoquées par certains aliments. Je soupçonne en particulier les sulfites. C’est un sujet que vous devez adresser pro-activement avec votre ORL si vous avez ressenti ces désagréments, car il ne vous questionnera probablement pas de lui-même.

Les problèmes dentaires

Il s’agit d’une cause possible de la polypose, et généralement discutée par les ORL : les racines des molaires et des prémolaires supérieures sont situées à proximité immédiate des planchers des sinus maxillaires. Une carie profonde ou une racine dentaire peut irriter le plancher de vos sinus et peut donc être la cause de l’inflammation. Votre ORL doit vous renvoyer à votre dentiste pour faire une radio panoramique dentaire. Nous verrons par la suite qu’il existe d’autres problèmes dentaires qui peuvent être en rapport avec la polypose, mais qui ne sont jamais évoqués par les ORL.

La chirurgie pour l’opération de la polypose

J’ai été opéré après une année sous antihistaminique sans résultats tandis que ma polypose avait continué d’évoluer et en était au stade 3/4. Mon opération a été faite par un grand professeur dans une clinique parisienne renommée.

C’est une intervention sous anesthésie générale avec les gestes opératoires suivants : polypectomie (retirer les polypes), turbinectomie (section les cornets qui sont des parties de la muqueuse nasale afin d’agrandir la cavité nasale), ethmoidectomie moyenne (agrandissement des sinus ethmoïdes pour en faire une seule cavité afin d’agrandir la cavité nasale), redressement de la cloison (ma cloison était déviée et cela permet d’améliorer la circulation de l’air dans les deux narines).

A la suite de l’opération, les polypes sont analysés afin de vérifier leur nature exacte. Les suites opératoires ont duré quelques jours et le retrait des mèches qui ont été positionnées dans mon nez était un moment particulièrement désagréable.

Quand j’ai été opéré, je n’avais pas toutes les connaissances sur la polypose que j’ai aujourd’hui, et je voyais l’opération comme la seule solution pour améliorer ma situation. Ce fut effectivement le cas pendant plusieurs années, jusqu’à la rechute. Au regard de tout ce que j’ai depuis appris sur les polypes des sinus, mon approche à propos de l’opération est maintenant la suivante :

Ce que j’ai compris de l’opération : elle traite les symptômes, mais pas les causes. Elle ne guérit donc pas de la maladie. Elle apporte un grand soulagement dans l’immédiat entre autres au niveau de la respiration. Elle permet au traitement de corticoïdes locaux de pénétrer plus profondément et d’améliorer son efficacité. Les risques de rechute sont significatifs. Plus vous êtes opéré et plus les risques opératoires augmentent, car les chirurgiens ont plus de difficultés à prendre des points de repère dans vos cavités qui ne sont plus normales. Plus vous êtes opéré et plus et il y a de risques d’augmenter l’inflammation. En d’autres termes, si la première opération peut vous soulager pendant 7 ans, la deuxième ne pourrait le faire que pendant 5 ans, et la troisième pendant 2 ans …

Voilà les raisons pour lesquelles j’ai défini pour moi quelques principes : tout faire et tenter pour éviter une opération. Quand je dis tout faire et tout tenter, cela veut dire prendre en compte tout ce dont je parle dans le livre. Si je devais me faire opérer à nouveau, je continuerais à tout tenter et tout faire même si je suis dans l’immédiat soulagé pour ne pas risquer la rechute et la nécessité d’une nouvelle opération quelques années plus tard. L’opération est pour moi une solution de dernier recours et qui doit être utilisée le moins possible. Si je devais prendre cette décision maintenant en ayant le livre entre les mains, je me donnerais au minimum 6 mois de délai et je tenterais tout ce qui est dans le livre. J’insisterais aussi auprès de mon ORL pour une réduction au laser de mes polypes afin de me soulager dans l’immédiat et me permettre gagner du temps afin de tout tenter.

Les Pistes Moins Connues Des Malades Et Des Orl

Voilà maintenant des sujets qui sont rarement évoqués par les ORL dans le cadre d’une consultation, pour les raisons que j’ai évoqué plus haut.

Problèmes dentaires complexes

Des personnes atteintes de polypose témoignent à propos des amalgames, les “plombs” utilisés pour soigner les caries et qui contiennent des métaux lourds. Les pays nordiques les ont supprimés depuis longtemps, car ils sont jugés toxiques. Un de mes lecteurs à fait un témoignage détaillé à ce sujet avec ses amalgames qui étaient l’une des principales causes des sinusites qu’il avait.

Nutrition et inflammation

La nourriture moderne est devenue particulièrement industrielle depuis les 50 dernières années, dans des proportions qui nous échappent souvent. Elle serait responsable d’une grande partie des pathologies dont nous souffrons, dont les maladies chroniques. C’est un domaine qui ne sera jamais discuté par votre médecin ORL, et éventuellement évoqué par votre médecin généraliste si vous avez de la chance. Et pourtant comme le disait Hippocrate, “la nourriture est notre premier médicament”. Je suis personnellement convaincu que la qualité de la nourriture a un rôle primordial pour notre santé en général, et le traitement de notre polypose. C’est un thème fondamental pour lequel je consacre un long chapitre du livre.

Intolérances alimentaires

L’opération s’est bien passée, bonne chance pour la suite, et éviter le vin, la moutarde et l’aspirine !

C’est à quelque chose près ce que m’a dit mon chirurgien après l’opération. Comme je l’explique en détails dans l’article sur les sulfites, mais aussi dans le livre à propos d’autres aliments, je suis convaincu qu’ils sont des facteurs d’inflammation en rapport avec la polypose. Il n’est pas systématique qu’un ORL évoque les sulfites. Les allergologues sont bien vagues à propos de l’intolérance qui est un domaine encore plus complexe que l’allergie. C’est un donc un sujet sur lequel il faut donc beaucoup de motivations et d’implication en tant que malade. Je partage dans le livre tout ce que j’ai appris de ces problèmes afin de vous donner les éléments nécessaires.

Gestion du Stress

Le lien est clairement établi par la médecine entre les maladies inflammatoires et le stress. J’ai retrouvé chez beaucoup des personnes malades de la polypose nasale avait qui j’ai échangé un caractère anxieux, angoissé, ou stressé. Mais nos ORL ne sont pas psychologues et n’abordent jamais le point du stress en consultation. Je partage en détail mon expérience personnelle à ce sujet dans le livre.

Lavage du nez et prise d’un corticoïde local

C’est un geste de tous les jours dans chaque narine et sur chaque polype nasal dont je suis devenu un expert ! Le corticoïde local est un traitement à long terme qui pourrait avoir des effets secondaires. Alors autant en prendre la dose minimale et obtenir le maximum de résultats. Mais les ORL n’ont généralement pas le temps de nous expliquer comment nettoyer notre nez et prendre notre corticoïde le mieux possible. Ils doivent peut être considérer que c’est le rôle de la notice dans la boite du médicament ? C’est toute une série d’astuces que je partage en détails dans deux chapitres du livre.

Gestion des crises

Ce sont des moments physiquement et psychologiquement éprouvants. Nous pouvons gagner en confort en apprenant à les gérer au mieux. Mais c’est un problème de malade, pas de maladie, et nos médecins ne nous en parlent pas. Ils laissent à chacun d’entre nous le soin d’apprendre dans la souffrance. Je vous raconte les leçons que j’ai appris des nombreuses crises traversées dans un chapitre du livre.

La respiration

C’est quelque chose qui peut s’apprendre même après la naissance ! Les techniques respiratoires qui viennent du Yoga peuvent nous apporter beaucoup de soulagement et de confort. Je vous explique comment pratiquer les principales dans un chapitre.

Les bons comportements

Attraper un rhume n’est pas anodin pour nous, et il existe des comportements et des astuces pour largement réduire les risques.

L’homéopathie et les Huiles Essentielles

La médecine qui soigne avec rien n’a pas apporté la preuve scientifique de son efficacité. Elle est une discipline bien éloignée de la médecine technologique des chirurgiens ORL qui ne nous en parlent pas. Elle peut nous rendre de grands services pour traiter toute une série de petits problèmes avant qu’ils n’empirent.

J’en ai terminé pour cette présentation générale de la polypose nasale, et vous allez pouvoir maintenant poursuivre la lecture du livre en ayant, je le souhaite, une meilleure compréhension générale du problème auquel vous êtes confronté. Ne prenez pas peur si le problème vous paraît plus important maintenant que vous savez tout cela. Au contraire ! Mieux connaître le problème, c’est un grand pas dans la bonne direction et vous allez très bientôt bien mieux connaitre les solutions !

J’ai déjà quelques recommandations d’actions pratiques à vous faire, comme vous le trouverez à la fin de chaque chapitre.

En résumé / Pour agir :

Soyez à l’écoute de votre corps : dans un premier temps, soyez attentif à tout ce que vous ressentez, même si cela n’est pas spécifique à votre nez. Notez les circonstances et les symptômes, l’état émotionnel dans lequel vous vous trouvez, ce que vous avez mangé auparavant …

Il est essentiel d’obtenir un diagnostic complet le plus tôt possible. Nous avons vu qu’un certain nombre de problèmes associés aux polypes des sinus ne sont pas être discutés et recherchés dès le départ. Je vous invite à vous interroger vous-même et lister tous les symptômes que vous pourriez avoir en relation avec :

  • Des problèmes dentaires.
  • Un asthme.
  • Des allergies et intolérances alimentaires.
  • Une intolérance aux sulfites.
  • Des remontées gastriques.

Au moindre doute, discutez-en pro activement avec votre ORL ou votre médecin généraliste pour faire les examens nécessaires. Lisez le chapitre sur “Trouver le Meilleurs Médecin” pour savoir à qui vous adresser.

Tenez un carnet à jour : à chaque fois que vous ressentez quelque chose à propos de votre santé, en rapport direct ou pas avec votre polypose, prenez des notes et la date de chaque évènement. Ceci vous permettra de voir émerger des répétitions de symptômes ou d’enchainements. Ce sont des informations précieuses pour vous mettre sur les bonnes pistes alimentaires, émotionnelles, d’intolérance … Ce que vous allez lire dans la suite du livre vous permettra d’interpréter ce que vous allez écrire dans ce carnet. Vous pourrez ensuite voir avec plaisir le chemin accompli et les progrès que vous aurez réalisés.

La Solution est Là

Retrouver une respiration et un sommeil de qualité

Dire au revoir aux sinusites et migraines

Profiter à nouveau du goût des aliments

Retrouver votre énergie et votre moral