Polypose Nasale / Alternatives : newsletter d’Octobre 2013

By Leave a comment

Polypose Nasale, les Alternatives pour se soigner

Bonjour,

L’été est bien derrière nous, le froid commence à se faire sentir. C’est aussi la perspective de l’hiver qui arrive avec la menace des rhumes et rhinites. C’est pourquoi je vous écris ce mois ci à propos de nos attitudes face à la polypose nasale. Et j’ai un scoop : La polypose nasale est une maladie … chinoise !

Bon, c’est une sorte de boutade : je ne veux pas dire que la maladie vient d’Asie, mais plutôt que nous avons tout intérêt à nous inspirer de la médecine chinoise afin de mieux nous soigner. En médecine chinoise, vous payez votre médecin pour qu’il vous garde en bonne santé, mais vous ne le payez pas lorsque vous tombez malade. C’est exactement l’inverse chez nous.

Je m’en explique pour ce qui est de la polypose nasale.

Je pense en effet que se soigner de la polypose nasale, c’est avant tout se soigner quand on est en bonne santé. Se soigner lorsque l’on est malade, c’est à dire en crise, c’est déjà trop tard.

Cette attitude est pourtant contraire à la bonne logique et nos habitudes. Pourquoi donc se préoccuper de se soigner lorsque l’on a rien ou presque ? On a bien d’autres choses à faire ! Et puis, cette crise d’il y a quelques semaines à été si dure. Nous méritons bien de profiter de notre bonne forme, de cette énergie retrouvée, de cette joie de sentir les odeurs de la nature, de la nourriture et de nos proches ! Alors non, on ne va pas se considérer malade et se soigner alors que tout va bien !

Oui mais voilà, la polypose nasale est là. Elle ne tardera pas à revenir nous pourrir la vie dans quelques semaines ou quelques mois.

Se soigner lorsque l’on est malade et en crise de polypose nasale revient à seulement éteindre l’incendie, mais pas le prévenir. Nous allons chez l’ORL qui nous fait cette prescription d’antibiotiques et de corticoïdes, et nous voilà remis sur pieds en une semaine. C’est vrai que nous pouvons passer d’un état très difficile à cette merveilleuse sensation de retrouver l’énergie et la joie de sentir à nouveau. Nous pouvons penser que nous nous sommes soigné de la polypose nasale.  D’ailleurs nous sommes allé voir un médecin.

Oui mais voilà, c’est un peu abrupt à dire, mais cela revient à éteindre l’incendie et faire l’autruche la tête dans le sable. Jusqu’à la prochaine crise. Et un jour vient ou les crises sont trop importantes et trop rapprochées et notre Orl nous propose une première ou énième opération. Il s’agira là encore d’éteindre l’incendie, avec un Canadair.

Alors plutôt que de consommer toute notre énergie à endurer ces crises, les corticoïdes et les antibiotiques, et les perspectives d’une opération, Il est important d’investir au moins autant d’énergie à se soigner lorsque l’on est en bonne santé.

Pour faire le parallèle avec l’incendie, c’est lorsque tout va bien qu’il faut débroussailler, planter les plantes qui ne propagent pas les flammes, aménager des coupes feux, faire des arrosages préventifs, mettre en place une surveillance, et être prêt à intervenir à la moindre étincelle.

Pour la polypose nasale, c’est lorsque tout va bien qu’il faut être rigoureux dans son nettoyage des fosses nasale et la bonne prise de son spray, s’occuper de la qualité de son alimentation, apprendre la nutrition anti inflammatoire, détecter et adresser ses intolérances et allergies éventuelles, s’informer sur les médecines douces …

C’est tout cela qui nous aident à éteindre l’étincelle avant qu’elle ne déclenche un incendie. C’est cela pour moi bien se soigner de sa polypose nasale : lorsque que tout va bien, pour que tout aille bien.

Vous avez apprécié cet article ? Alors faites un Like pour aider d’autres personnes à le découvrir ! Merci, Bertrand.

Tagged under:

Leave a Reply

Your email address will not be published.