Polypose Nasale / Retrouver le Gout : newsletter de Septembre 2014

By Leave a comment

Polypose Nasale, Retrouver le Gout

Bonjour,

Il y a quelques jours, je suis arrivé à la cuisine, il y flottait une odeur de café et de pain toasté. C’était à la fois simple, et juste merveilleux. Comme une intense sensation de réalité.

Au pire de ma polypose nasale, c’était il y a quelques années, j’avais perdu la totalité du gout et de l’odorat. Une conséquence bien malheureuse de cette maladie, et beaucoup d’émotions et de sensations perdus.

Après mes victoires contre la polypose nasale, j’ai progressivement retrouvé des sensations. Je pense que j’avais quelque chose comme 50 % de mes capacités. Les aliments avaient du gout, et je sentais des odeurs à proximité immédiate de mon nez. Tout ce que j’avais fait et que je raconte dans mon livre “12 Clés pour VAINCRE la polypose nasale” m’avait permis non seulement de retrouver la forme, de ne plus faire de sinusite, de ne plus prendre de corticoïdes et d’antibiotiques en cure, et de dernièrement diminuer mon spray nasal à 1 pulvérisation tous les 3 jours, mais aussi de retrouver un gout et un odorat seulement passable.

Je savais néanmoins que cela pouvait être bien mieux ! Comme vous l’avez surement expérimenté vous-même, le gout et l’odorat reviennent très bien lors des cures de cortisone. Mais vous le savez aussi, ce n’est que temporaire. J’avais pour ma part un peu oublié ces sensations, puisque je n’avais pas pris de cortisone depuis longtemps.

Je suis maintenant lancé à la conquête de la dernière des batailles contre la polypose nasale : retrouver 80 % de mon odorat et de mon gout. On dirait bien que je commence à avoir quelques résultats …

Si j’ai entendu parler des probiotiques il y a déjà longtemps, dans la presse mais aussi dans le livre sur l’alimentation hypotoxique du docteur Seignalet, je n’y ai pas porté plus d’attention.

Mes routines habituelles basées sur les “12 Clés pour VAINCRE la polypose nasale” ne me demandent plus vraiment d’effort, car elles sont devenues des automatismes, ou bien, je l’ai fait moins souvent qu’avant puisque ma polypose ne me gêne plus. J’ai donc eu l’esprit libre pour m’intéresser à d’autres sujets, et j’ai commencé il y a 3 mois à prendre des probiotiques et de la vitamine B12 tous les jours.

Depuis, mon odorat a largement progressé ! Je suis régulièrement surpris par le gout des aliments, et par des odeurs à quelques mètres de distance, comme lorsque j’entrais dans la cuisine il y a quelques jours.

Je vais donc vous expliquer plus en détail ce que j’avais commencé à aborder au mois d’aout : pourquoi et comment les probiotiques sont susceptibles de nous aider.

Avant d’aller plus loin, je vous rappelle que je ne suis pas médecin, je suis un simple patient qui partage son expérience. Ce que je dis est donc un avis personnel, et surtout pas un avis médical. Si vous envisagez le faire vous-même, parlez en avec votre médecin.

Nous n’allons pas parler de notre nez, mais de notre ventre, et plus particulièrement de notre intestin. L’intestin est la partie de notre système digestif qui se situe juste après l’estomac, et qui se prolonge par le colon. Il fait en moyenne 6 mètres de long et c’est là que ce passe l’essentielle de l’absorption des aliments.

La première fonction de l’intestin est celle de la ‘barrière intestinale’. C’est le filtre qui va laisser passer à l’intérieur de notre corps les bons nutriments, et empêcher les éléments toxiques de rentrer.

Une seconde fonction est immunitaire. Je ne le savais pas, mais 50 % des cellules qui s’occupent de défendre notre organisme se trouvent dans en effet dans l’intestin et sont aux avant-postes pour contre les agents pathogènes.

Ces fonctions sont le résultat d’un travail d’équipe entre les différents types de cellules de l’intestin, et la flore intestinale. La flore intestinale est composée de bactéries et de levures et nous en avons plus dans notre intestin que nous avons de cellules dans tout notre corps ! Il y en aurait entre 500 et 1000 sortes différentes chez les êtres humains.

Une flore intestinale déséquilibrée va perturber les fonctions de l’intestin : les agents pathogènes ne sont plus détectés ou combattus, et des éléments toxiques ne sont plus bloquées par le filtre et pénètrent alors dans notre système sanguin.

Le résultat ? Et bien, nous nous défendons moins biens contre les maladies, et nous développons des réactions inflammatoires provoquées par ces molécules toxiques qui ont pénétré à l’intérieur de notre corps.

Je ne sais pas pour vous, mais en plus de la polypose nasale, j’avais aussi régulièrement des problèmes digestifs, des fatigues inexpliquées et des crampes musculaires. Si tout cela était rentré dans l’ordre en éliminant notamment les Sulfites, je constate encore des progrès sur ces aspects depuis que je prends des probiotiques.

Le lien me semble donc probable entre la porosité de la paroi intestinale, et des molécules toxiques qui passent dans le corps pour déclencher l’inflammation de la muqueuse nasale, les courbatures, les fatigues inexpliquées, et les soucis digestifs.

J’ai d’ailleurs l’impression que les médecins s’intéressent de plus en plus au système immunitaire de l’intestin et la porosité de la paroi intestinale pour tenter de soigner de plus en plus de maladies inflammatoires.

Les probiotiques vont donc jouer un rôle sur la bonne santé de notre flore intestinale, et par la même aider l’intestin dans ses fonctions immunitaires et de barrière contre les éléments toxiques à la source de l’inflammation. Les probiotiques sont des levures et des bactéries qui sont apportées par notre alimentation, ou bien par des suppléments alimentaires, et qui vont renforcer la flore intestinale naturelle.

On trouve naturellement des probiotiques dans deux catégories d’aliments : les aliments fermentés comme la choucroute, le miso, la sauce soja… Et les aliments à base de lait fermenté comme le yaourt, le kéfir, le fromage…

Si vous avez lu le livre “Les Sulfites : Danger (Comprendre, Tester, Eliminer)“, vous connaissez mes réticences à propos des aliments fermentés, car ils contiennent très souvent des sulfites. Si vous avez lu le livre “12 Clés pour VAINCRE la polypose nasale“, vous connaissez aussi mes réticences à propos du lait sous toutes ses formes et dont je fais personnellement une consommation très limitée.

Heureusement, les probiotiques sont aussi disponibles en tant que suppléments alimentaires.

Les probiotiques sous forme de gélules contiennent très souvent de la maltodextrine et nous savons qu’elle peut contenir des sulfites. À moins d’être ultra-sensible aux sulfites, ce n’est pas, je crois, un problème. En imaginant que la maltodextrine comme support des probiotiques constitue la majeure partie d’une capsule d’1 gramme et la concentration maximale de sulfites est de 100 mg/kg, une capsule de probiotique ne contient donc que 0,1 mg de sulfites. C’est une quantité très faible qui ne doit pas vous inquiéter. Si vous pensez que c’est un risque pour vous, Simone (merci !) a trouvé un probiotique qui ne contient à priori pas de Sulfites : il s’agit de LACTOPHAR du laboratoire nutriphyt.

Les probiotiques peuvent être différents. L’élément actif d’un probiotique, c’est ce qu’on appelle la souche, a savoir le type de bactérie et de levures. Ces souches peuvent avoir des actions différentes sur la flore intestinale, et c’est peut-être l’élément le plus important à comprendre.

Le probiotique que je prends actuellement est un mélange de plusieurs souches de lactobacilus (plantarum, rhamnosus, bulgarious, salivarius, brevis, acidophilus, paracasei, casei) et de bifidobacterium (bifidum, lactis). Je manque encore d’expérience pour recommander un produit plutôt qu’un autre pour le moment.

Je dois terminer cette newsletter en vous disant également que, s’il semble que de plus en plus de médecins s’intéressent à la flore intestinale pour soigner pas mal de maladies, nous n’en sommes qu’au début. Les effets de la prise de probiotiques sont en cours d’étude et si les risques sont qualifiés de très faibles, il n’y a pas non plus de preuves et de consensus scientifique sur leur efficacité.

Je sais que certain d’entre vous prennent des probiotiques, et j’espère que nous allons discuter de ce sujet dans la durée, car cela me semble être une clé très intéressante à ajouter aux 12 clés pour VAINCRE la polypose nasale.

Rendez-vous sur le Forum à la rubrique Probiotiques !

On ne lâche rien !

Bertrand.

Tagged under:

3 Comments

  • Jean-Claude BLANCHET

    Je confirme pour ma part que les problèmes digestifs sont bien au R.D.V
    depuis des années en plus de la polypose que j’essaie de contenir par
    les moyens énumérésn dans votre livre.

  • Bertrand

    Merci Bertrand pour cette newsletter. J’ai commencé également la prise de B12 + Probiotique depuis début septembre et je compte faire un point en décembre.

  • Anne Boland

    Je suis d’accord et je signe très volontiers cette pétition qui a toute sa raison d’être !

Leave a Reply

Your email address will not be published.