Polypose Nasale / Le Laser : newsletter de Novembre 2013

By Leave a comment

Polypose Nasale, l’opération au Laser

Vous avez probablement terminé la lecture du livre. Nous avons donc passé en revue 12 domaines sur lesquels agir pour remettre notre polypose nasale à sa place.

Et si, malgré tout ce que vous venez d’apprendre, vous n’aviez pas le courage de les mettre en oeuvre ? Et si, malgré plusieurs mois d’efforts et la mise en oeuvre d’une grande partie de ces recommandations, votre situation ne s’améliorait pas ?

La situation n’est pas sans espoir ! Il existe encore une autre solution que l’intervention chirurgicale lourde.

Le moment est venu de vous parler des ORL qui proposent une approche alternative : l’intervention au laser pour la polypose nasale.

Le Laser en ORL a été introduit en France en 1976 par le Professeur Charles Freche. Il s’agissait alors exclusivement du Laser CO2 et de la chirurgie des cordes vocales.

Cette approche est aujourd’hui encore proposée par une minorité d’ORL. La raison est qu’elle nécessite des équipements laser qui sont couteux à acheter, à entretenir, et à changer car l’innovation dans ce domaine est importante. Il existe d’ailleurs plusieurs type de laser, du plus ancien au plus récent :

  • le Laser CO2 (10 600 nm) est l’instrument privilégié pour la chirurgie laryngée.
  • le Laser Néodyme-YAG (Neodyme-doped Yttrium, Aluminium Grenat) (1 640 nm) est utilisé pour la vaporisation.
  • le Laser KTP (Potassium Titanyl Phosphate) (532 nm) – ou YAG doublé – est utilisé pour les lésions vasculaires.
  • le Laser Holmium-YAG (Holmium-doped Yttrium Aluminium Grenat) (2 100 nm) est utilisé pour la destruction cartilagineuse et osseuse.
  • le Laser Diode (diode Laser ou Laser à semi-conducteur) – à différentes longueurs d’ondes – peut être polyvalent.

De nombreux ORL font donc le choix de ne pas s’équiper, et de ne pas proposer cette solution à leurs patients. Bien sur, ils n’en parlerons pas d’eux même et continuerons à vous proposer une intervention lourde comme unique solution.

Si vous leur posez des questions à propos des interventions au laser, ils pourraient même dénigrer cette approche avec toute une série d’affirmations que nous aurions bien du mal à vérifier.

Vous devez donc réfléchir soigneusement, et probablement vous mettre à la recherche d’un ORL qui pratique cette technique, pour obtenir un autre point de vue et décider de ce qui est le mieux pour vous. Votre médecin référant peut vous aider à trouver un ORL qui pratique cette technique.

A mon sens, cette intervention au laser comporte de nombreux avantages. Elle est faite en cabinet sous une simple anesthésie locale. Les suites opératoires sont une plaisanterie, c’est à dire très légères, par rapport à l’intervention lourde. Entre autre parce qu’il n’y a pas de mèches à retirer. Ceux qui sont passé par là voient très bien de quoi je veux parler. Votre cavités nasale et votre muqueuse sont bien moins traumatisées et donc bien moins susceptibles de s’inflammer encore plus par la suite.

Les résultats immédiats sont excellents, et vous allez retrouver un confort et une respiration que vous n’aviez pas connus depuis longtemps.

Maintenant, cette approche est nouvelle et pratiquée par une petite minorité d’ORL. Il n’y a donc pas autant de retour d’expérience que pour l’intervention classique. Les récidives sont également possibles.

—— Résultats tels que publiés par un ORL qui pratique cette technique laser diode ——–

Depuis 1999, nous avons traité au laser Diode, 360 patients dont 50% de polyposes non opérées et 50% de polyposes opérées avec ou sans allergie à la pénicilline. Les critères retenus dans notre analyse : Sont considérés, comme Très Bien les patients qui associent une récupération de l’odorat, un nez perméable ( tant subjectivement que sur l’examen rhinomanométrique), une disparition de l’écoulement et des polypes rétractés au plafond des fosses nasales. Sont considérés comme Bien, les malades qui ont un nez perméable, sec mais sans récupération de l’odorat.

Les résultats globaux, immédiats :

Depuis l’an 1999, nous avons traité 360 patients : – 68% sont TB – 25% sont B – 6,4% sont des échecs ou des patients, non revus.
Sur 180 patients, non opérés : – 67,6% sont TB – 24,1% sont B
Sur 180 patients opérés : – 57,4% sont TB – 38,9% sont B
Sur les 56 Fernand Widal : – 45,7% sont TB – 51,4% sont B

Ces résultats immédiats sont spectaculaires mais bien entendu ils ne vont pas se maintenir chez tous les patients.

Les Récidives :

sur 180 malades, non opérés : – près de 25% récidivent – moins de 9% récidivent dans l’année, – et plus de 16% récidivent après un an.
Sur 180 malades opérés : – près de 50% récidivent – 31% avant un an – 19% au-delà d’un an.
Notons qu’il y a d’avantage de récidives sur les polyposes déjà opérées.

Enfin la maladie de Fernand Widal donne les plus mauvais résultats avec : – 74% de récidives – mais 26% parviennent à se maintenir plus ou moins au-delà d’un an.

—— Fin des résultats tels que publiés par un ORL qui pratique cette technique laser diode ——–

Il faut aussi que je vous parle du prix. Cette intervention est en effet faites par des ORL aux honoraires libres qui ont des tarifs de consultation de 100 à 200 euro afin de prendre en compte le coup du matériel. Certain vous traite en une fois et d’autres en deux ou trois séances. Maintenant, ce prix est à mettre en rapport avec le prix d’une intervention en bloc opératoire sous anesthésie générale avec un séjour à l’hôpital de 2 ou 3 jours. Il est surement bien supérieur ! Mais, le cout d’une intervention au laser pour vous dépendra de la prise en charge par votre assurance santé.

Je vous invite donc à discuter en détail avec votre ORL, et à prendre contact avec votre caisse d’assurance maladie et votre mutuelle, afin d’avoir une réponse précise sur le cout final que vous aurez à supporter. Ainsi, vous pourrez prendre une décision en toute connaissance de cause.

Pour conclure sur cette technique, je peux vous dire que c’est une solution que je prendrais sans hésitation si mon état était tel que je n’aurais pas assez de temps, d’énergie, ou de courage pour mettre en application toutes les clefs discutées dans ce livre. A la suite d’une telle intervention, je n’oublierais pas non plus ma maladie et j’utiliserais l’énergie retrouvée pour poursuivre mes efforts de changement. Vous pouvez aussi faire le choix de cette intervention sans rien changer à votre alimentation ou votre style de vie. Je respecte cette approche mais je vous invite à parler des taux de récidive avec votre ORL.

C’est ensuite un choix personnel.

Cordialement, Bertrand.

Tagged under:

4 Comments

  • bertrand waterman

    Bonjour William. Par Lait je veux dire tous les produits laitiers, au moins dans un premiers temps. Mais il est aussi dit que les fromages sont par exemples mieux tolérés, ou que le lait de chèvre l’est également. Aussi, ma démarche est de faire une eviction totale pendant 3 mois de tous les produits laitiers pour constater l’effet positif, et en suite de réintroduire certain aliments pour constater s’il y a ou pas un effet négatif. Cordialement.

  • william majo

    Bonjour, concernant le lait dans votre livre et son éviction totale, s’agit-il seulement du lait ou des produits laitiers en général incluant les fromages, les yaourts, ainsi que le fromage de chèvre?
    Merci pour votre réponse

  • bertrand waterman

    Bonjour Hélène, vous trouverez dans mon chapitre “Eliminer les Sulfites” (http://polyposenasale.com/sulfites-polypes-nez/) le lien vers un document canadien qui est une excellente base pour commencer l’éviction des sulfites. Vous pourrez ensuite approfondir votre connaissance des sulfites sur le site http://les-sulfites.com. Cordialement.

  • MARVAUD Hélène

    J’aimerais avoir connaissance des aliments contenant des sulfites afin de les éviter.

Leave a Reply

Your email address will not be published.